<< Page précédente Page suivante >>

Economiseurs d'eau: Acoram se ramifie

· Ouverture d'un bureau à Marrakech

· Solutions dédiées au domaine agricole dans six mois

Acoram, société installée à Casablanca depuis 1999 sous forme de SARL et spécialiste des économiseurs d'eau, ouvre un bureau à Marrakech. «L'implémentation de cette antenne devrait nous permettre d'assister nos clients de A à Z», explique Saber Kanouni, DG d'Acoram. Le gros des acquéreurs se situe, en effet, au niveau du secteur hôtelier. L'investissement consenti dans la ville ocre ne sera pas dévoilé. Après Marrakech, ce sera au tour de Tanger, note Kanouni. Et ce, afin de toucher le nord oriental, mais également Fès et sa région.
Marrakech représente une «formidable» passerelle pour toucher la région du sud, identifiée par le groupe comme «zone à fort potentiel». A titre d'exemple, le dernier relevé, à la hausse, du nombre de nuitées enregistrées pour la région de Ouarzazate semble donner raison aux prévisions de la société (cf. www.leconomiste.com). Acoram, qui travaille aujourd'hui avec plus de 400 personnes (sous forme de patente, entre autres), cible donc plus particulièrement l'industrie hôtelière, grande consommatrice d'eau. Près de 80% de la clientèle est en effet située dans cette niche. Mais pas seulement. Les attentats de 2003 ont amené le management à réviser ses positions. «Il a fallu aller voir ailleurs», explique cet ex de HEC Montréal, spécialiste de la grande distribution. Le particulier est alors dans la ligne de mire, observe Kanouni. Les grandes surfaces Weldom, Mr Bricolage, Bricorama et les enseignes spécialisées distribuent économiseurs d'eau, anti-gaspi, douchettes éco plus et plaquettes pro-natures (qui se posent à l'intérieur des réservoirs des W.-C), à partir de 49 DH. Les salles de sport sont également un business juteux pour Acoram qui s'approvisionne au Canada, en France et en Chine,
notamment.

Attention! les solutions proposées ne sont pas les mêmes selon le destinataire. «Acoram propose une gamme de produits lui permettant de s'adapter au type d'usage en fonction du débit d'eau et des installations préexistantes», indique Kanouni. Comme, par exemple, un système intégré pour les hôtels. Donc invisible pour le client... A rappeler que pour un robinet par exemple, le débit d'eau est de 20 litres par minute. Les économiseurs offrent la possibilité de le réduire jusqu'à 4 litres, et ce «tout en gardant le même confort», affirme Kanouni, grâce à un mélange air et eau basé sur le principe Venturi, du nom de son inventeur. La douchette, accessible pour 80 DH environ, permet de diviser la «douloureuse» par trois (7 litres au minimum au lieu des 20 usuels). «Il faudrait que les gens prennent conscience que ce n'est pas une question d'argent mais de priorité nationale», lance Kanouni. A rappeler que le Maroc est au bord du «stress hydrique», comme l'a souligné en novembre Abdelkbir Zahoud, secrétaire d'Etat chargé de l'Eau (cf. www.leconomiste.com). Acoram finalise actuellement le développement d'une solution qui permettrait la rétention d'eau dans le domaine agricole et désertique. «C'est imminent!» Lancement prévu dans six mois.

Progiciel

Acoram dispose d'un réseau de partenaires, des ingénieurs plus particulièrement (au Canada, en Europe, en Asie...), qui a permis l'échange de brevets sur l'économie d'eau.
La société, qui préfère rester discrète sur son chiffre d'affaires a, en outre, développé un progiciel qui permet de déterminer le retour sur investissement pour n'importe quel type de structure qui s'équiperait en produits Acoram. Ce progiciel a été approuvé par EDF et Hydro Québec, dit Kanouni. Acoram réalise, en outre, des audits pour une approche personnalisée. En gros, les appareils sont rentabilisés sur une période de 8 à 13 mois, selon les études de l'entreprise.

Céline PERROTEY
© 2001 L'économiste - Réalisation : Lnet Multimedia

<< Page précédente Page suivante >>